Assassinat de la rue Morgue
Assassinat de la rue Morgue
La Lettre volée
Assassinat de la rue Morgue
Contes étranges
Edgar Allan Poe (1809-1849), auteur ; Jacques Wely (1873?-1910), illustrateur ; Armand Masson (1857-1920), traducteur, Paris, 1910.
BnF, département de Littérature et Art, 8-Y2-57705 (13)
© Bibliothèque nationale de France
Un rasoir à la main et dûment barbouillée de savon, [le singe] était assis devant un miroir et essayait de se raser...

Double assassinat dans la rue Morgue d’Edgar Poe est considéré comme le premier récit policier moderne de l’histoire littéraire. Il est publié pour la première fois dans le Graham's Magazine en avril 1841.
Le matelot interrogé par Dupin raconte qu’il est revenu d’un voyage avec un orang-outang. Rentré à Paris, il enferme l’animal dans un cabinet de son appartement.

« Comme il revenait, une nuit, ou plutôt un matin, — le matin du meurtre, — d’une petite orgie de matelots, il trouva la bête installée dans sa chambre à coucher ; elle s’était échappée du cabinet voisin, où il la croyait solidement enfermée. Un rasoir à la main et toute barbouillée de savon, elle était assise devant un miroir, et essayait de se raser, comme sans doute elle l’avait vu faire à son maître en l’épiant par le trou de la serrure. Terrifié en voyant une arme si dangereuse dans les mains d’un animal aussi féroce, parfaitement capable de s’en servir, l’homme, pendant quelques instants, n’avait su quel parti prendre. D’habitude, il avait dompté l’animal, même dans ses accès les plus furieux, par des coups de fouet, et il voulut y recourir cette fois encore. Mais, en voyant le fouet, l’orang-outang bondit à travers la porte de la chambre, dégringola par les escaliers, et, profitant d’une fenêtre ouverte par malheur, il se jeta dans la rue. »

Edgar Allan Poe, Double assassinat dans la rue Morgue.
>Texte intégral dans Gallica
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander