Emma et Charles
Charles Bovary
Emma Bovary
Emma Bovary
Emma chez la nourrice
Madame Bovary
Gustave Flaubert (1821-1880), auteur ; Albert Fourié (1854-1937), dessinateur ; Eugène-Michel-Joseph Abot (1836-1894), graveur, Paris, 1885.
In-8°
BnF, Réserve des livres rares, RES P-Y2-1441
© Bibliothèque nationale de France
Emma Bovary rend visite à la nourrice de sa fille avec Léon, un clerc de notaire, qu'elle rencontre sur le chemin, et qui deviendra plus tard son amant. Léon est l'archétype du jeune homme romantique avec ses cheveux longs, ses ongles bien soignés et sa timidité douce.

« L’enfant d’Emma dormait à terre, dans un berceau d’osier. Elle la prit avec la couverture qui l’enveloppait, et se mit à chanter doucement en se dandinant.
Léon se promenait dans la chambre ; il lui semblait étrange de voir cette belle dame en robe de nankin tout au milieu de cette misère. Mme Bovary devint rouge ; il se détourna, croyant que ses yeux peut-être avaient eu quelque impertinence. Puis elle recoucha la petite, qui venait de vomir sur sa collerette. La nourrice aussitôt vint l’essuyer, protestant qu’il n’y paraîtrait pas. […]
Débarrassée de la nourrice, Emma reprit le bras de M. Léon. Elle marcha rapidement pendant quelque temps ; puis elle se ralentit, et son regard qu’elle promenait devant elle rencontra l’épaule du jeune homme, dont la redingote avait un collet de velours noir. Ses cheveux châtains tombaient dessus, plats et bien peignés. Elle remarqua ses ongles, qui étaient plus longs qu’on ne les portait à Yonville. C’était une des grandes occupations du clerc que de les entretenir ; et il gardait, à cet usage, un canif tout particulier dans son écritoire. »

Gustave Flaubert, Madame Bovary, deuxième partie, chapitre III, 1857.
>Texte intégral dans Gallica : Paris, Charpentier, 1881
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander