Perroquet à ventre pourpre, de la Martinique
Le Paon
Grand crapaud-volant de Cayenne
La Tourterelle du Canada
Le Geai
Histoire naturelle des oiseaux, tome III, p. 148
Georges-Louis Leclerc Buffon (1707-1788 ; comte de), auteur ; François Nicolas Martinet (1731-180.), dessinateur et graveur, 1787.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, JB-3(A)-4
© Bibliothèque nationale de France
Buffon ne se contente pas de décrire l’aspect physique des animaux. Il évoque aussi leur comportement. Dans le cas du geai, le fait d’enfouir des réserves de graines permet la dispersion et la germination de ces graines, et participe au développement de la forêt. Sous la plume de Buffon, l’animal devient un acteur écologique et non plus seulement un objet d’étude :
« Ils ont aussi, comme la pie et toute la famille des choucas, des corneilles et des corbeaux, l’habitude d’enfouir leurs provisions superflues, et celle de dérober tout ce qu’ils peuvent emporter ; mais ils ne se souviennent pas toujours de l’endroit où ils ont enterré leur trésor ; ou bien, selon l’instinct commun à tous les avares, ils sentent plus la crainte de le diminuer que le désir d’en faire usage ; en sorte qu’au printemps suivant, les glands et les noisettes qu’ils avaient cachées et peut-être oubliées, venant à germer en terre, et à pousser des feuilles au-dehors, décèlent ces amas inutiles, et les indiquent, quoiqu’un peu tard, à qui en saura mieux jouir. »
Contrairement aux espèces exotiques que Buffon ne connaît souvent que par des animaux empaillés ou par des descriptions de voyageurs, le geai est un animal familier qu’il a pu observer. Il évoque ainsi le fait qu’on lui ait apporté plusieurs nids de geais.

> Lire l’extrait dans Gallica
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander