Goethe
Le neveu de Rameau dans un café
Le Neveu de Rameau
2e frontispice
Johann Georg Wille (1715-1808), dessinateur ; Denis Diderot (1713-1784), auteur, 1883.
BnF, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, SMITH LESOUEF R-1690
© Bibliothèque nationale de France
« Rien ne dissemble plus de lui que lui-même. Quelquefois, il est maigre et hâve, comme un malade au dernier degré de la consomption ; on compterait ses dents à travers ses joues. On dirait qu’il a passé plusieurs jours sans manger, ou qu’il sort de la Trappe. Le mois suivant, il est gras et replet, comme s’il n’avait pas quitté la table d’un financier, ou qu’il eût été renfermé dans un couvent de Bernardins.
Aujourd’hui, en linge sale, en culotte déchirée, couvert de lambeaux, presque sans souliers, il va la tête basse, il se dérobe, on serait tenté de l’appeler, pour lui donner l’aumône. Demain, poudré, chaussé, frisé, bien vêtu, il marche la tête haute, il se montre et vous le prendriez au peu près pour un honnête homme.
Il vit au jour la journée. Triste ou gai, selon les circonstances. Son premier soin, le matin, quand il est levé, est de savoir où il dînera ; après dîner, il pense où il ira souper. »
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander