Histoire générale des voyages
L’Isle Brulante
Histoire générale des voyages, ou Nouvelle collection de toutes les relations de voyages par mer et par terre...
Antoine François Prévost (1697-1763), auteur ; Elisabeth Baussard, graveur, Paris, Ed. Didot, 1756.
Bibliothèque du Musée de l'Homme, Réserve A 200 315
© Bibliothèque du Musée de l'Homme
Entre 1746 et 1759, l’abbé Prévost publie un ensemble imposant, l’Histoire générale des voyages, ou Nouvelle collection de toutes les relations de voyages par mer et par terre qui ont été publiées jusqu'à présent dans les différentes langues. Au départ, il s’agit de la traduction d’une compilation anglaise de John Green, A new general collection of voyages and travels. Mais Prévost va plus loin : il supprime des passages qu’il juge inutiles, fait refaire les cartes et les gravures, et ajoute des « liaisons historiques qui ont été négligées ». L’œuvre de Green s’arrêtant faute de financement, Prévost décide de la continuer : il ajoute d’autres chroniques de voyageurs et modifie considérablement la méthode, afin d’avoir une vision aussi complète que possible du monde tel qu’il est, à la fois historique, géographique, anthropologique, etc. Ce ne sera plus une simple juxtaposition de récits, mais un travail profond d’élagage, de réajustements et d’harmonisation, tout en faisant à l’occasion une critique des sources : « Ce plan, aussi simple qu’agréable, consiste à réduire toutes les relations en un seul corps, qui formera une histoire suivie ; en rejetant dans les notes ce qui est personnel aux voyageurs, et tout ce qui paraîtra digne d’être conservé ». Cet effort considérable va ralentir le plan de publication, jusqu’à ce que Prévost abandonne au volume 15. Il y aura passé treize ans. D’autres prendront sa succession, le vingtième dernier tome paraissant seulement en 1802.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu