Le nouveau franc (1960-2001)

 

Malmené par de nombreuses dévaluations, mis sous la tutelle du Fonds monétaire international en 1958, le franc donne naissance le 1erjanvier 1960 au franc de Gaulle ou "nouveau franc". Dernier avatar d'une histoire longue de 700 ans, la mort du nouveau franc est annoncée pour le 17 février 2002.
     

De Gaulle engage une grande réforme monétaire


Revenu au pouvoir en 1958, le général de Gaulle décide de procéder à une nouvelle dévaluation (17,55 %) et annonce la création d'un "franc lourd" qu'il confie à son ministre des Finances, Antoine Pinay, et à l'économiste Jacques Rueff. Le "nouveau franc" est mis en circulation dix-huit mois plus tard : il vaut 100 anciens francs. Représentant la semeuse coiffée du bonnet phrygien, les nouvelles pièces rappellent le franc d'avant 1914. De Gaulle veut en effet que ce nouveau franc - redevenu officiellement le franc en 1963 - soit synonyme de stabilité et de puissance.
Mais depuis 1979, la politique monétaire de la France est inscrite dans le cadre de la construction européenne, au sein d'un système monétaire européen (SME) marquée par une série de dévaluations du franc, notamment au début des années 1980. Dans la perspective de la construction européenne, les socialistes se convertissent à l'idéologie d'un franc fort accroché au mark.

La mort annoncée du franc


Adopté le 10 décembre 1991 et ratifié en France par référendum le 20 septembre 1992, le traité de Maastricht prévoit l'unité monétaire de l'Europe, accompagnée de la mise en circulation d'une nouvelle monnaie commune. L'ECU (European currency unit), nom de l'unité de compte européenne existante, est abandonné sous la pression allemande, favorable à la dénomination d'"euro". C'est donc l'"euro" qui se substitue définitivement au franc le 17 février 2002. Le nouveau franc n'aura vécu que 44 ans !