La monnaie, instrument de souveraineté


Source de revenus mais également facteur d'unification, la monnaie, qui est devenue progressivement monopole royal en France, a contribué à la formation de l'État moderne. "Au prince il a fallu conquérir la monnaie comme il a conquis les provinces qui ont agrandi son royaume ; il en a surveillé les frappes, fixé la valeur, contrôlé la diffusion. La monnaie du roi a fait le roi."(1). Cette affirmation de F. Braudel s'avère aussi pertinente dans l'autre sens : le développement des institutions de l'État en France a favorisé l'habitude d'employer les espèces monétaires.
Après des siècles d'affirmation du privilège régalien de battre monnaie dans le cadre de l'État-nation, le passage à l'euro s'avère, pour une partie de l'opinion et de la classe politique, un changement difficile à accepter.

(1) Fernand Braudel, L'Identité de la France , tome 3, p 36, Arthaud-Flammarion, Paris 1986.