Le mythe du franc fort


Dès sa naissance, le franc est présenté comme une monnaie forte et stable qui doit accompagner une politique de redressement du pays. Du Moyen Âge à nos jours, la défense d'un franc fort, souvent valorisée par une partie du corps social, résulte d'un choix politique qui favorise en fait certains acteurs économiques (détenteurs de valeurs financières ou immobilières) au détriment de la croissance comme ce fut le cas, par exemple, au début des années 1930. À l'inverse, les dévaluations du franc sont souvent liées à des périodes noires sur le plan économique et jugées de façon négative. D'ailleurs n'associons-nous pas trop souvent la naissance du franc moderne à la création du solide franc germinal sous Napoléon Bonaparte plutôt qu'à sa première apparition, dans un contexte économique difficile, sous la Convention ? La mémoire collective se souvient de Raymond Poincaré et du général de Gaulle comme des défenseurs d'un franc stable et fort même s'ils ont procédé à des dévaluations.
 

  Corpus