Marrakech



L'eau dont les habitants ont besoin pour arroser leurs jardins est amenée au moyen d'une technique vraiment ingénieuse dont l'invention est due à `Ubayd Allah b. Yûnis al-Muhandis ("le technicien") et qui n'est praticable que parce que la nappe phréatique est peu profonde et est atteinte en creusant peu au-dessous de la surface de la terre. L'homme mentionné, `Ubayd Allah b. Yûnis al-Muhandis, arriva à Marrakech au début de sa construction. Il n'y existait alors qu'un seul jardin, appartenant à Abû al-Fasl, affranchi du prince des musulmans dont on vient de parler. `Ubayd Allah dirigea ses recherches vers la partie supérieure du terrain attenant à ce jardin ; il y creusa un puits carré de larges dimensions, d'où il fit partir un canal à ciel ouvert ; il continua de creuser en descendant par degrés, du haut en bas. La pente était telle que l'eau arrivait jusqu'au jardin en coulant au niveau de la surface de la terre et en la recouvrant par un processus ininterrompu. Celui qui observe le niveau du sol ne note pas le grand dénivellement, de la nappe phréatique à la surface, que nécessite l'extraction de l'eau ; mais il le parvient à comprendre s'il sait que la méthode réside ici dans le nivellement de la surface.
Le prince des musulmans apprécia l'invention de `Ubayd Allah b. Yûnis al-Muhandis : il le combla d'argent et de vêtements et il lui ouvrit sa demeure pendant la période où il resta dans la ville. Les habitants de la ville, voyant cela, se mirent à creuser la terre sans discontinuer pour amener de l'eau dans les jardins qui se multiplièrent tout comme les vergers, les cultures de Marrakech se densifièrent et son territoire devint fort beau, tout comme son aspect général.

Al-Idrs, Nuzhat al-mushtaq f ikhtirq al-fq,
encore appel Livre de Roger. Sicile, 1154.

 

  sommaire