Louis XIV révoque l’Édit de Nantes
18 octobre 1685
Jan Luyken (1649-1712), graveur, XVIIe siècle..
BnF, Estampes et photographie, RESERVE FOL-QB-201 (61)
© Bibliothèque nationale de France
Monarque de droit divin, le roi se sent tenu de préserver l’unité religieuse du royaume, il engage la lutte contre les jansénistes de Port-Royal et les persécutions contre les protestants. En 1685, il met fin à 87 ans de tolérance religieuse en abolissant l’Édit de Nantes (signé par son grand-père Henri IV en 1598), remplacé par l’Édit de Fontainebleau.
Louis XIV ne conçoit pas que plusieurs religions puissent coexister dans son royaume et veut en finir avec les huguenots (les protestants). La religion catholique devient la seule autorisée en France. Les temples protestants doivent être détruits. Les pasteurs sont contraints à l’exil. De nombreux protestants quittent la France, privant le pays d’une partie de ses élites intellectuelles et économiques. "Une foi, une loi, un roi" : telle est désormais la règle. C’est le même principe qui conduit Louis XIV à faire détruire le couvent de Port royal en 1711.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander