Les tribulations de La République – épisode 1 (1848)
La République
par Jean-François Soitoux, 1848.
Photographie : Marc Baronnet / GNU Free Documentation License
Archives nationales, F/21/2156, dossier 29, M. Soitoux
© Bibliothèque nationale de France
La Révolution de février 1848 entraîne la proclamation de la IIe République. Dès le mois de mars, le gouvernement provisoire, à l’initiative de Ledru-Rollin, ministre de l’Intérieur, organise un concours de peinture et de sculpture ouvert aux artistes pour « la figure symbolique de la République française ». Aucun prix n’est attribué dans le cadre du concours de peinture. En effet, les œuvres présentées sont jugées décevantes et sans grande originalité. Elles sont surtout trop empreintes de symboles qui rappellent les accents révolutionnaires de 1789, avec lesquels les républicains modérés, portés au pouvoir après les élections du mois d’avril, souhaitent rompre pour privilégier davantage les idées de fraternité, de liberté et de paix sociale.
En revanche, le concours de sculpture aboutit. Le lauréat en est le sculpteur Jean-François Soitoux, élève de Feuchère et de David d’Angers, qui propose une allégorie très consensuelle de La République, représentée debout, grave et posée, drapée à l’antique. Le sculpteur a préféré au bonnet phrygien une couronne de feuillage surmontée d’une étoile à quatre branches, symbole de lumière. Le front de la statue est ceint d’un bandeau où on lit « République démocratique. 24 février ». La main gauche est posée sur un faisceau républicain, couvert d’un bouquet de feuillage (et non de la pique ou du bonnet phrygien), tandis que la main droite, armée d’un glaive, protège un niveau (l’égalité), une ruche (le travail) et un texte de constitution. Enfin, l’allégorie foule à ses pieds une couronne royale peu visible de face.
La prise de pouvoir par Napoléon III compromet l’installation de la statue, qui n’est finalement érigée, place de l’Institut à Paris, qu’en 1880. Les débuts de la IIIe République marquent en effet le développement d’une statuaire dédiée à la République, sous la forme de statues monumentales ou de bustes de mairie.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu