fermer
l'aventure du livre

Lecture

"Bien loin d'être des écrivains, fondateurs d'un lieu propre, héritiers des laboureurs d'antan mais sur le sol du langage, creuseurs de puits et constructeurs de maisons, les lecteurs sont des voyageurs ; ils circulent sur les terres d'autrui, nomades braconnant à travers les champs qu'ils n'ont pas écrits, ravissant les biens d'Égypte pour en jouir. L'écriture accumule, stocke, résiste au temps par l'établissement d'un lieu et multiplie sa production par l'expansionnisme de la reproduction. La lecture ne se garantit pas contre l'usure du temps (on s'oublie et on l'oublie), elle ne conserve pas ou mal son acquis, et chacun des lieux où elle passe est répétition du paradis perdu".

Michel de Certeau

 


Michel de Certeau établit une distinction fondamentale entre la trace écrite, quelle qu'elle soit, fixée, durable, conservatrice, et ses lectures, toujours dans l'ordre de l'éphémère, de la pluralité, de l'invention. La lecture n'est pas déjà inscrite dans le texte, sans écart pensable entre le sens assigné à celui-ci par son auteur, son éditeur, la critique ou la tradition… et l'usage ou l'interprétation qui peut en être fait par ses lecteurs. Quelles sont depuis l'Antiquité les diverses manières de lire qui ont caractérisé les sociétés occidentales ?