fermer
l'aventure du livre

L'imprimerie

Parmi les événements qui jalonnent le passage du Moyen Âge à la Renaissance, figurent traditionnellement : la chute de Byzance aux mains des Turcs (29 mai 1453), marquant la fin définitive de l’Empire romain d’Orient, et la "découverte" de l’Amérique par Christophe Colomb (12 octobre 1492), ouvrant l’ère de la colonisation. Dans le même temps, les Français, lors des premières guerres d’Italie (1494-1495), sont confrontés à de nouvelles formes artistiques et les Espagnols achèvent la reconquête de la péninsule ibérique par les "Rois catholiques", Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille ; c'est la fin de la Reconquista (2 janvier 1492).

Seule l’invention de l’imprimerie, malgré son importance future, ne peut être rattachée à une date précise. Après des premiers essais à Strasbourg, Johann Gutenberg s’installe dans la petite ville de Mayence, non loin de Francfort, d’où sortent vers 1450-1452 les premiers essais certains de l’imprimerie à caractères mobiles, des placards d’indulgences, des grammaires élémentaires de Donat, des calendriers… avant le célèbre et ambitieux "premier livre imprimé" de l’histoire occidentale : la Bible à 42 lignes, dite "B 42", tirée à 180 exemplaires en 1454-1455.
Si l'imprimerie ne modifie pas dans un premier temps la forme du livre, elle va progressivement le faire évoluer, permettre une grande diversification des textes publiés – de la simple plaquette aux éditions de luxe. De grands imprimeurs vont imprimer leur marque sur cette évolution, dont témoignent les collections de la BnF.