fermer
l'aventure du livre

Le livre à l'ère industrielle

par Ève Netchine

Nouveaux lecteurs

 
L’expansion de la scolarisation au cours du XIXe siècle fournit aux Français, au-delà de l’alphabétisation, un accès à la culture écrite marqué toutefois par d’importantes disparités suivant la région et le sexe. La croissance, modeste, de la population française et celle, majeure, de la proportion des lecteurs sont des facteurs déterminants de l’évolution du livre et de sa production qui s’appuie en France sur la multiplication du lectorat par trois.

Diversification des modèles de lecture

Avec la croissance générale de l'alphabétisation, l'entrée dans la culture écrite imprimée de nouvelles classes de lecteurs (les femmes, les enfants, les ouvriers) et le développement de la production imprimée, le XIXe siècle connaît une grande dispersion des pratiques de lecture. Certes, tous les lecteurs des anciens régimes occidentaux ne lisaient pas de la même façon, et entre les plus virtuoses d'entre eux et les plus malhabiles, les écarts étaient grands. Mais au XIXe siècle, avec l'accès de presque tous à la compétence de lecture dans l'Europe la plus développée, la fragmentation des manières de lire et des marchés du livre instaure, derrière les apparences d'une culture partagée, la plus extrême diversité des pratiques.

sommaire
imprimer la pagehaut de page