fermer
l'aventure du livre

Le livre numérique

par Frédéric Martin

Métamorphoses et pérennité

Le XXe siècle a été marqué par les progrès fulgurants de la micro-informatique qui occupe une place toujours plus grande dans nos activités professionnelles et personnelles. En parallèle, les avancées des technologies de la télécommunication nous ont pleinement ancré dans ce qu’il est convenu d’appeler "la société de l’information", société où les échanges informationnels sont facilités par les évolutions rapides des supports et terminaux de communication, fixes ou mobiles, et des infrastructures techniques de réseau. Le livre, véhicule privilégié du savoir et de la culture écrite depuis plus de mille ans, n’est pas épargné par ces métamorphoses technologiques, au point qu’on parle, au sujet de sa transposition dans le monde numérique, d’une révolution aussi puissante que l’invention du codex ou de l’imprimerie, et de la disparition à terme du livre traditionnel.
On se souvient que les inventions du cinéma, de la radiodiffusion, de la télévision, avaient en leur temps conduit à penser qu’une nouvelle société de l’image et du son se substituerait à celle de l’écrit, celle de l’édition et de la presse. Aujourd’hui, au terme de la première décennie du XXIe siècle, la diversification des modes et des supports de l’information, leur juxtaposition plutôt que leur substitution invitent à des jugements plus prudents.
Le livre numérique n’échappe pas à l’ambiguïté originelle attachée au terme de "livre", qui désigne tout aussi bien l’œuvre elle-même ("as-tu les livres de cet écrivain" ?), que l’objet dans toute sa matérialité ("ce livre contient des annotations manuscrites").
Le terme anglais de e-book hésite encore entre la désignation du support (lecteur de livres numériques) et celle du contenu. Le livre numérique est un nouvel objet, formé par la transposition d’une œuvre textuelle sur des médias électroniques. Mais le livre est également une forme, un mode particulier d’organisation du discours textuel, qui obéit à un modèle relativement stable et codifié par plusieurs siècles de travail éditorial, selon des caractéristiques aisément identifiables : succession de pages reliées entre elles, division en chapitres, page de titre, table des matières, index, etc.). Cette structure interne du livre, ce modèle formel du discours, ne subit pas lors de sa conversion électronique de modifications majeures.
Un livre numérique est constitué d’un fichier informatique ou d’un ensemble de fichiers, auquel sont associées des données qui les décrivent : les métadonnées. À la différence du livre traditionnel, dont le contenu s’offre aux yeux du lecteur en toute immédiateté, le livre numérique ne se donne à lire que par l’intermédiation de différentes couches techniques, qui vont de la donnée brute à l’affichage de la page sur support électronique. Sous les lettres, il y a des chiffres : comme tout ensemble de données informatiques, le livre numérique est avant tout composé d’une suite de 0 et de 1, qui sont regroupés par huit (octets), puis encapsulés dans un format de fichier, lui-même interprété par un logiciel, qui est géré par un système d’exploitation, que l’on a installé sur une machine… La lecture du livre numérique dépend donc de la bonne interaction entre toutes les couches matérielles et logicielles et des différentes stratégies technologiques qui ont été adoptées pour produire l’objet final (systèmes, formats, machines).
haut de page