fermer
l'aventure du livre

Le livre numérique

par Frédéric Martin
Photo Myr Muretet

Le lectorat

À l’échelon mondial, le livre numérique commence pourtant à trouver son lectorat. Le libraire en ligne Amazon a affirmé en juillet 2010 avoir vendu davantage de livres numériques que de volumes papier. Le cabinet d’étude américain Forrester Research estime que les ventes de livres électroniques aux États-Unis devraient dépasser les 500 millions de dollars en 2010 et qu’en 2015 près de 29,4 millions d’Américains disposeront d’un lecteur de livres numériques. Au Japon, où le marché numérique représentait 6 % du chiffre d’affaires de l’édition en 2009, les mangas se lisent désormais sur téléphone portable. En France, 5 % seulement des Français disent avoir expérimenté la consultation d’un livre électronique, mais 15 % se disent intéressés et 20 % pourraient le devenir [SCHMUTZ, 2010]. Le développement des usages se produira sans doute de manière contrastée selon les genres. Les publications scientifiques, les encyclopédies et les dictionnaires, les manuels scolaires, les guides de voyages, de manière générale les publications à visée documentaire, informative ou pédagogique, mais aussi les formes courtes du discours (poésie, nouvelles) ou la bande dessinée connaîtront probablement un essor plus rapide sous leur forme numérique que les romans et les ouvrages de fiction, plus intimement liés au support papier. Le développement du prêt de livres numériques en bibliothèque contribuera à en faire connaître les atouts et à familiariser le public avec ce nouveau mode de lecture.

Photo Pascal Lafay/BnF

Plusieurs facteurs contribueront à améliorer l’offre de livres numériques, encore en phase d’émergence. La question de l’interopérabilité est cruciale. L’interopérabilité est généralement définie comme la faculté pour plusieurs systèmes de pouvoir communiquer entre eux. Or, les choix technologiques (comme les formats de fichier, ou les mesures techniques de protection) peuvent constituer une barrière au développement des usages. Un acheteur souhaitera disposer de son livre numérique sur les différents supports en sa possession (ordinateur fixe ou portable, smartphone, tablette multimédia…) et non pas sur un seul d’entre eux. Cela suppose que les fabricants de supports électroniques, les éditeurs et les distributeurs de livres numériques adoptent des formats interopérables et normalisés plutôt que des formats propriétaires, liés à une marque ou un logiciel. A contrario, les utilisateurs se réjouissent de la décision prise par Amazon en mars 2010 de permettre que ses livres électroniques soient non seulement diffusables sur son appareil Kindle mais aussi sur les supports fabriqués par ses concurrents. Par ailleurs, le rôle des métadonnées (informations descriptives sur le livre, caractéristiques techniques, conditions de disponibilité et d’utilisation) est tout aussi déterminant pour permettre au public d’accéder à une information fiable et de trouver facilement la référence qu’il recherche. L’inscription du livre numérique dans les réseaux sociaux, voire la création d’un véritable "espace social du livre numérique" sera l’une des conditions de son succès. Les recommandations des amis, de la famille, des personnes partageant les mêmes centres d’intérêt, des professionnels du livre (libraires, bibliothécaires) ont toujours compté dans les choix de lecture. Le web social représente une opportunité pour accroître les interactions vis-à-vis du livre numérique, pour partager ses goûts de lecture, les commentaires et les appréciations que l’on porte sur les livres, faire de la lecture – activité généralement perçue comme solitaire, un véritable espace de sociabilité.
Le livre sous sa forme papier est peut-être une invention parfaite, indépassable, "comme la roue", selon la comparaison d’Umberto Eco. Mais le livre numérique possède des qualités propres qui en développeront l’usage dans les années à venir : possibilité de rechercher dans le plein texte, d’agrandir la taille des caractères pour une meilleure lisibilité, d’emporter avec soi une bibliothèque de plusieurs centaines ou plusieurs milliers de livres dématérialisés… La révolution numérique a bouleversé nos vies, elle bouscule aussi nos habitudes de lecture en introduisant de nouveaux modes de production et d’appropriation du texte. Le fait de consacrer autant de moyens à la numérisation des livres peut être considéré comme la réaffirmation paradoxale de l’importance du livre dans nos sociétés modernes.
haut de page