l'aventure du livre

Bonjour tristesse de Françoise Sagan

Marcel Arland, 1erjuin 1954 
 
            (…)
Mais enfin, le plus souvent, le jeu tourne court. Or Mlle Françoise Sagan y montre de si heureuses dispositions que, de simple amateur, elle entre d’emblée dans la classe des professionnels. Elle a du talent et de l’aisance. Des lectures aussi. C’est une personne avertie. Elle n’irait point pousser une longue plainte romantique, ni renouveler quelque philosophie de l’absurde ou du surhomme. Non, elle est décente jusqu’en ses petites impudeurs ; et, jusque dans ses écarts, elle reste sage. Elle peut conduire son héroïne jusqu’à l’amant (c’est l’été et la plage), non jusqu’à l’enfant. Bref, elle a le sens de l’économie – surtout dans le cocktail. (…)

Extrait de L’œil de la nrf, cent livres pour un siècle, choix des textes et présentation par Louis Chevaillier, Gallimard, Folio, 2009, p. 145.

sommaire
haut de page