l'aventure du livre

censure et pouvoir

l'édition sous surveillance

page précédente 67 page suivante
Le XVIIe siècle s'attache à contrôler le pouvoir qu'exercent les libraires en diffusant les "mauvais" livres, qui mettent en cause la religion, la morale ou l'autorité. Colbert fait limiter le nombre d'imprimeurs et de libraires autorisés, afin de mieux les surveiller. Les "bons" libraires sont essentiellement parisiens car plus aisément contrôlables. Les libraires provinciaux, pénalisés et souvent privés de nouveautés, sont contraints à des pratiques frauduleuses : contrefaçons, impression et diffusion de livres interdits.