l'aventure du livre

le mécénat

 

page précédente 36 page suivante
Au XVe siècle, le prestige de l'écrit est tel que les princes ne se contentent plus de collectionner les manuscrits et d'encourager les auteurs ou traducteurs en distribuant pensions et récompenses. Certains manient la plume, comme Charles d'Orléans, le duc poète, organisateur à la cour de Blois de tournois poétiques auxquels participe Villon, ou comme René d'Anjou, le "bon roi René", prince, mécène et écrivain.