Jonas d'Orléans, Lettre à l'évêque Walcaud ; Vie et translation de saint Hubert de Laon
Écriture caroline de Reims
Reims, milieu du IXe siècle.
BnF, Manuscrits, Latin 5609 fol. 2v-3
© Bibliothèque nationale de France
Dans le scriptorium de Reims fondé par l'archevêque Hincmar, on pratique une écriture au petit module régulier et ferme : l'écriture rémoise permet de réduire une page en onciale à une seule colonne en caroline. Malgré l'absence totale de ponctuation, habituelle aux Ve>-VIe siècles, les copistes carolingiens comprennent la signification des espaces blancs de leur modèle. Ils ajoutent leur système de ponctuation, point et virgule, mais font quelques erreurs, dues à l'absence d'intervalle entre les mots et sans doute à une connaissance imparfaite du latin.

Ce petit traité hagiographique, dont l'écriture régulière et de grand format est caractéristique de la production rémoise du milieu du IXe siècle, porte l'ex dono d'Hincmar à l'abbaye de Saint-Remi de Reims "Hincmarus archiepiscopus dedit sancto Remigio", inscrit en capitale.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander