Sacramentaire de Drogon
Initiale T du Te igitur : sacrifices de l'Ancien Testament
Metz, Metz, entre 845 et 855.
BnF, Manuscrits, Latin 9428 fol. 15v
© Bibliothèque nationale de France
Chef-d'œuvre de l'enluminure messine, ce sacramentaire porte en lettres d'or le nom de son destinataire, l'évêque Drogon. Il est illustré de 38 initiales historiées d'épisodes de la vie du Christ, de scènes liturgiques et hagiographiques sans équivalent à l'époque. Ici, dans les extrémités de la lettre T du Te igitur ouvrant le Canon de la Messe, trois sacrifices de l'Ancienne Loi préfigurent la Passion du Christ suivant un schéma typologique : de gauche à droite, Abel, Melchisédech debout devant un autel et Abraham apportent chacun leur offrande (respectivement un mouton, du pain et du vin et un bélier) au Seigneur dont la main surgit des nuées. Se mêlent ici inspiration antique revisitée, dans la meilleure veine carolingienne, et innovation dans la mise en page, qui font de ce sacramentaire l'une des œuvres les plus abouties sur le plan artistique et les plus habitées sur le plan spirituel.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander