Ouvrages littéraires français non desirables…
Liste Otto. 1942. - [Unerwuenschte franzoesische Literatur]
Paris : Syndicat des éditeurs, 1942.
BnF, Réserve des livres rares, RES M-Q-346 (3)
© Bibliothèque nationale de France
Cette liste, datée du 8 juillet 1942, a pour titre : "Ouvrages littéraires français non désirables". L'avertissement préliminaire résume les interdictions qui pèsent sur les livres : ni traductions de livres anglais (sauf classiques) ou polonais, ni livres d'auteurs juifs (sauf livres scientifiques), ni biographies de Juifs, même si l'auteur est aryen. Suit la longue liste des livres à retirer de la vente, classés par éditeur. Cela représente 1 170 titres auxquels s'ajoutent 5 périodiques et 8 numéros de revues. Éditeurs et libraires mettent beaucoup de mauvaise grâce à retirer de la vente les livres traduits de l'anglais, très demandés. Il faut plusieurs rappels à l'ordre de la Propaganda-Abteilung pour les voir disparaître des vitrines.
La seconde liste Otto concerne 156 éditeurs. Plus de la moitié d'entre eux n'ont qu'un titre interdit, mais quatre éditeurs se voient interdire la vente de plus de 50 titres : Tallandier (54), les Presses universitaires de France (103), Fayard (108) et Gallimard (146). Bernard Grasset figure dans cette liste pour 37 titres. À l'exception des œuvres de Stefan Zweig condamnées parce que l'auteur est juif et opposant au régime hitlérien, les livres interdits le sont, dans leur grande majorité, en raison du fait qu'ils traitent des rapports entre la France et l'Allemagne d'une façon qui déplaît à l'occupant. Au moment de l'Épuration, Grasset ne manquera pas de faire valoir cette liste de titres condamnés en regard de celle des livres de propagande qu'on lui reprochera d'avoir publiés. (E. P.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander