Publicité pour « L’Imaginaire »
1982.
© Archives Éditions Gallimard
Face à la difficulté de reprendre en Folio les titres de moindre notoriété, titres que par ailleurs on ne parvient pas à réimprimer en raison du blocage des prix et du renchérissement de la fabrication, il devient nécessaire de disposer d’une collection de semi-poches. Ce sera « Tel » pour les essais (1976) et « L’Imaginaire » pour la fiction (1977), où Antoine Gallimard remettra au jour les œuvres d’auteurs comme Marc Bernard, Paul Gadenne ou Raymond Guérin…
Toute la littérature de création y aura toutefois sa place (Leiris, des Forêts, Duras, Quignard…). C’est en « Imaginaire » qu’on lit depuis trente ans L’Aleph de Borges, La Disparition de Perec, Sur les falaises de marbre de Jünger ou Nouvelles orientales de Yourcenar.
Nombreux furent les auteurs à être sollicités pour trouver un nom aux collections qui allaient devenir « Tel » et « L'Imaginaire ». Michel Butor proposa « Ici et Là » (« Ici » pour les essais, « Là » pour la littérature), Claude Roy pensa à « Elita », « Prior » et « Voix »… On retint d'abord « Paroles », en hommage à Prévert, pour préférer finalement, courant 1976, « L'Imaginaire ».

En quelques chiffres : br/> Création : 1977
Nombre de numéros parus : 606
Nombre d'auteurs édités : 286 (hors collectif)
Nombre d'exemplaires parus : 5 300 000 ex.
Meilleure vente : Marguerite Yourcenar. Les Nouvelles orientales (1977) : 480 000 exemplaires
En savoir plus
Gallimard
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu