l’Ordo du sacre de 1250
Maître de la Vie de Saint-Denis, Maître de Guignes, Paris, 1250.
Partie de Ordo du sacre de 1250.
BnF, département des Manuscrits, Latin 1246 f°17
© Bibliothèque nationale de France
Manuscrit matériellement modeste, mais très important du point de vue historique, l’Ordo du sacre de 1250 est le manuel du couronnement des rois de France. Ici sont notées toutes les étapes de la cérémonie. Les prières que doit prononcer le roi sont copiées à l’encre rouge. Les 17 miniatures qui l’illustrent déroulent devant nous le film du sacre du roi de France. Au f. 17 : l’onction. Elle fait du roi de France l’oint de Dieu. Sur l’autel sont posés les insignes royaux apportés de l’abbaye de Saint-Denis (l’épée, l’anneau, la couronne, les éperons d’or). Avec une aiguille d’or trempée dans l’huile sainte, l’archevêque de Reims oint le roi de France au front, aux épaules, entre les épaules, à la jointure des bras, en prononçant ces paroles : « Ungo te de oleo sanctificato In nomine Patris et Filii et Spiritus sancti.» A gauche, l'archevêque présente l'épée royale ; à droite, le sénéchal tient cette épée.L’écriture du manuscrit est une belle écriture gothique. L’écriture gothique dérive de la minuscule caroline. Au XIe siècle, l’épaisseur des traits enfle. Au XIIe siècle, le module grandit, les hastes se développent ; elles rétrécissent au XIIIe siècle et doivent être soulignées par des traits d’attaque, des empattements ou des traits de fuite ; les courbes deviennent brisées. On peut noter ici les ligatures de bo et be.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander