Sacramentaire de Corbie
Feuillet avec marque de réglure
Corbie, après 853.
Manuscrits à peinture
BnF, Manuscrits, Latin 12051 fol. 117v
© Bibliothèque nationale de France
Avant d'être confiés au scribe, les feuillets du manuscrit reçoivent la réglure, c'est-à-dire un ensemble de lignes déterminant la surface écrite. Celle-ci est à peu près régulière pour un même manuscrit. La réglure avait pour utilité d'homogénéiser l'aspect de la copie, de guider le scribe et de permettre à celui-ci de calibrer son écriture. Cette mise en page des feuillets délimite les zones de texte, la place du décor et des illustrations. Les copistes recopient d'abord le texte, puis interviennent les praticiens du décor et des miniatures.
La réglure, ici très visible, est tracée à la pointe sèche aux temps carolingiens. Par la suite, elle le sera à la mine de plomb puis à l'encre, parfois même avec des encres de couleur, faisant entrer cet élément indispensable dans le domaine de la décoration.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu