Le Policratique
Charles V protecteur des lettres
Jean de Salisbury (1115?-1180) ; Denis Foulechat, Paris, 1372.
Manuscrits à peinture
BnF, Manuscrits occidentaux FRANCAIS 24287
© Bibliothèque nationale de France
Le Policraticus de Jean de Salisbury, secrétaire de Thomas Beckett puis évêque de Chartres de 1176 à 1180, est un traité de réflexion et de morale politique dont Charles V assura la diffusion en chargeant le franciscain Denis Foulechat de le traduire en français. Une partie importante de cette œuvre fustige les vices et les frivolités de la vie de cour que l'auteur connaissait bien pour avoir fréquenté celle de Henri II Plantagenêt.
La miniature qui illustre l'exemplaire remis à Charles V montre à quel point le souverain s'impliquait dans son rôle de mécène et de protecteur des lettres. Ce n'est en effet ni l'auteur ni le traducteur qui sont représentés dans cette peinture mais le commanditaire en personne.
Vêtu du manteau royal et couronné, le roi est assis dans une cathèdre en bois sculpté surmontée d'un dais devant une "roue", meuble à plateau circulaire pivotant sur un axe qui permettait de consulter rapidement plusieurs livres. Le roi médite dans l'intimité de sa "librairie". Sur le livre ouvert devant lui apparaît un passage biblique tiré du livre de l'Ecclésiastique (XIV, 22) : Beatus vir qui in sapientia morabitur et in justitia [sua meditabitur]. "Heureux l'homme qui persévère dans la sagesse et qui pense en son cœur à l'œil de Dieu qui voit tout." La main céleste qui le bénit souligne l'intention de représenter Charles V comme instrument de la volonté divine et représentant de Dieu sur Terre.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander