Richelieu
Théodore Cahu, illustré par Maurice Leloir
Théodore Cahu ; Maurice Leloir, Paris, 1904.
Paris, Combet et Cie, ancienne Librairie Furne, 1904 Ex-libris manuscrit de Philippe Barrès enfant : "Donné à Philippe B. par le prince de Brancovan pour le jour de l'an 1er janvier 1906"
BnF, Littérature et Art, Z Barrès-3249
© Bibliothèque nationale de France
Plutarque et ses Hommes illustres adaptés pour les collèges ont constitué un des socles de l'éducation au XVIIIe siècle et jusqu'après la Restauration. La République crée un culte civil des grands hommes au Panthéon, puis la légende napoléonienne comme les figures des grands rois Bourbons (Henri IV en tête) nourrissent l'imagerie populaire et les brochures. Mais il faut la poussée nationaliste consécutive à la défaite de 1871 pour voir les éditeurs produire de grands albums historiques, monographies brillamment illustrées consacrées aux grands souverains, militaires ou héros d'une histoire nationale fusionnelle à la Michelet. Combet, en 1901, lance une collection qui suit les grands titres de Job publiés par Charavay, Mantoux et Martin. Richelieu est suivi de La Tour d'Auvergne (1902), Le Roy Soleil (1904), Louis XI (1905), Henri IV (1907), François Ier (1909), Bonaparte (1910), Jeanne d'Arc (1912) et enfin Napoléon qui paraît seulement en 1921, après la "revanche". Théodore Cahu comme Montorgueil et Toudouze sont des spécialistes du récit historique. Chacun de ces volumes, illustrés par Job, Leloir, Vogel, Robida ou Guillonnet, associe un texte généralement inspiré, souvent plein d'humour et des illustrations aux effets panoramiques impressionnants, à la fois saisissantes et pleines de vie, de détails, mêlant allégories, anecdotes, vie quotidienne et grande tradition de la peinture d'histoire. Les livres font revivre l'enfance et des moments parfois très intimes de ces gloires humaines, touchantes et admirables. Le Richelieu de Leloir (1851 ?-1940) est particulièrement remarquable par l'icônisation du cardinal, "l'homme rouge", décrit comme fondateur de la grandeur de la France, et symbole d'un gouvernement puissant et respecté, à l'intérieur comme à l'extérieur du royaume. Les résonances potentielles avec la France contemporaine déchirée par l'affaire Dreyfus sont assez troublantes. L'histoire enseignée dans les écoles de la IIIe République trouve ici sa plus belle illustration, indissociable d'une époque. (O. P.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu