Les Petites filles modèles. Paris : L. Hachette, 1863. 3e ed.
Les Petites filles modèles, Sophie de Ségur
Sophie de Ségur, France, 1863.
Textes imprimés et illustrés
BnF, LLA - Littérature et art, Y2-68148
© Bibliothèque nationale de France
La « Bibliothèque rose », la plus ancienne collection encore vivante de l'édition française, est l'une des formes de l'expansion de la Librairie Louis Hachette hors du monde scolaire. Après avoir obtenu le monopole des ventes de livres dans les Chemins de fer, Hachette y diffuse à partir de 1853 la « Bibliothèque des chemins de fer »,, s'inspirant en cela de l'Anglais W. H. Smith. Découpée en séries thématiques identifiées par les couleurs des couvertures, constituée de volumes in-16 brochés, exceptionnellement cartonnés en percaline noire ou rouge, vendus 1 ou 2 francs, cette « Bibliothèque », comprend une collection de couleur rose, la sixième, de « Livres illustrés pour les enfants ». Vingt-cinq titres, classiques ou inédits, y sont publiés jusqu'en 1858. Dès 1857, en effet, une nouvelle collection apparaît, qui s'impose : la « Bibliothèque rose illustrée », plus haute d'1 cm, brochée de papier glacé rose pâle, à 2 francs, ou cartonnée de percaline rouge, avec une plaque dorée indiquant le nom de l'éditeur, le titre de la collection et le titre de l'ouvrage, vendue 2,75 francs. 452 titres sortiront jusqu'en 1958, date de la métamorphose en « Nouvelle bibliothèque rose », puis, depuis 1971, en « Bibliothèque rose ». L'illustration, particulièrement riche, joue un rôle essentiel dans les premiers succès. En 1858, la collection, divisée en trois séries, s'adresse aux enfants, garçons et filles, de 4 à 8 ans, de 8 à 14 ans et aux adolescents, spécialement des jeunes filles. Constituée de rééditions, de classiques internationaux, elle s'ouvre tant au conte, à l'aventure avec Mayne-Reid et au voyage qu'au nouveau roman réaliste pour la jeunesse. Plusieurs auteurs femmes y connaissent un très grand succès au fil des décennies : la comtesse de Ségur, mais aussi Zulma Carraud, Julie Gouraud, Zénaïde Fleuriot, Magdeleine du Genestoux, Thérèse Lenôtre, jusqu'à Colette Vivier et Enid Blyton. Sans oublier les écrivains que furent aussi Olga et Paul de Pitray, la fille et le petit-fils de la comtesse de Ségur. Malgré l'appel à de nouveaux auteurs, le succès des séries des années 1970 amène Hachette à limiter le catalogue à ce concept parfois appauvrissant. Aujourd'hui, la collection est dominée par les adaptations ( « novélisations ») de dessins animés. (O. P.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander