L'Histoire naturelle des oiseaux de Buffon
Le paon
François-Nicolas Martinet (1731-180?), Paris.
Tome 1, Planche 433, Folio 100
BnF, Estampes et photographie, JB-34(B)-4
© Bibliothèque nationale de France
En rédigeant son Histoire naturelle, Buffon (1707-1788) ne se propose pas seulement de donner un tableau fidèle du règne animal. Non seulement il préconise une description à la fois externe et interne des espèces étudiées, mais ce qu'il faut encore, explique-t-il, c'est "tâcher de s'élever à quelque chose de plus grand et plus digne encore de nous occuper, c'est de combiner les observations, de généraliser les faits, de les lier ensemble par la force des analogies et [...] tâcher d'arriver à ce haut degré de connoissance où nous pouvons juger que les effets particuliers dépendent d'effets plus généraux, où nous pouvons comparer la nature avec elle-même dans ses grandes opérations". C'est ce qui le place au coeur du Siècle des Lumières. Refusant de réduire le rôle du savant à l'admiration passive de la nature, son ouvrage s'inscrit dans le même courant que l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.
Buffon n'est pas un encyclopédiste solitaire. S'il garde toujours la maîtrise de son œuvre, il aime à se faire aider pour élaborer les premières notices, auxquelles il donne ensuite le style qui a fait le succès de l'Histoire naturelle. Secondé par Daubenton pour les quadrupèdes, il se brouille avec celui-ci et continue pour les oiseaux avec l'aide de Guneau de Montbeillard et de l'abbé Bexon. (P.H.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander