Lecture du journal par les politiques de la Petite Provence au jardin des Thuilleries
Dessin aquarellé, fin du XVIIIe siècle
France, fin du XVIIIe siècle.
22,5 x 30,5 cm
BnF, Estampes Rés. Ve-53h-Fol., Coll. Destailleur, t. 6, no 1315
© Bibliothèque nationale de France
Les lieux qui échappent au contrôle des autorités prennent beaucoup d'importance pour la formation de l'opinion publique, formation que favorisent l'essor de la presse et les abonnements souscrits en commun dans les cabinets de lecture. Les lectures publiques, qui se multiplient dans les salons, les académies, les loges maçonniques, les cafés ou les jardins, permettent l'élargissement de l'esprit critique. On appelait la "Petite Provence" un coin du jardin des Tuileries. Sa situation chaude et ensoleillée, peut-être à l’origine de son surnom, faisait qu’on y emmenait les enfants en bas âge.
A l’évidence, le titre de cette gravure satirique n’est pas innocent.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander