Recueil original des Pensées
Blaise Pascal (1623-1662), France, 1656-1662.
BnF, département des Manuscrits occidentaux FRANCAIS 9202
© Bibliothèque nationale de France
Lorsque Pascal mourut, il laissait un fouillis de manuscrits, enfilés en liasse, destinés, pour la plupart, à la rédaction d’une "Apologie de la religion" dirigée aussi bien contre les sceptiques que contre les jésuites. Son neveu, le chanoine Louis Périer, fit aussitôt faire deux transcriptions de ces textes, dans l’ordre où se trouvaient les manuscrits, pour servir à une publication (1669) aussi cruciale que périlleuse dans le contexte politique et théologique de l'époque. Les éditeurs jansénistes (le "Comité de Port-Royal"), aidés depuis Clermont par la sœur de Pascal, Gilberte Périer, détentrice de la seconde copie et, jusqu’en 1664, des manuscrits autographes, adoptèrent une méthode intermédiaire entre la fidélité aux originaux et une réécriture sélective, pour plus de lisibilité, dont le souci hagiographique ne serait pas absent. Quant aux manuscrits autographes, rognés et collés sur de grandes feuilles sous la direction de Louis Périer, ils furent déposés, brochés, par ce dernier à la Bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés en 1711 pour entrer finalement à la Bibliothèque Nationale par le biais des confiscations révolutionnaires. Le chercheur se trouve donc confronté au paradoxe suivant : les copies sont, plus ou moins, fidèles à l'ordre pascalien alors que le "Recueil original" ne l'est plus. Et, depuis plus de trois siècles, éditeurs, érudits et universitaires font la navette entre ces documents à la recherche d'un "dessein" pascalien dont la connaissance est nécessaire à la compréhension d'une pensée inachevée qui saisit immanquablement les lecteurs de tous temps et de toutes les sensibilités, philosophes ou pas, chrétiens ou non.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander