Arthur Rimbaud, Une saison en enfer, "Fausse conversion"
avril - août 1873.
Manuscrit autographe, 3 f., 21 x 13,5 cm
BnF, Manuscrits, N. a. fr. 26500
© Bibliothèque nationale de France
Le seul brouillon connu d'Une saison en enfer tient en ces trois feuillets, plus exactement ces quatre pages, puisque Rimbaud a réutilisé, au verso, deux pages de réflexions inspirées par l'évangile selon saint Jean. Brouillon unique à plus d'un titre, car aucun des rares manuscrits corrigés laissés par Rimbaud ne peut se comparer à ces quatre pages raturées, aux surcharges presque illisibles. Avec ses taches, ses lignes chaotiques, ses mots qui se bousculent, "Fausse conversion" est sans doute le texte dont l'aspect est le plus conforme à la vision que nous avons du "carnet de damné". Rimbaud l'a beaucoup moins retravaillé que les brouillons de "Mauvais sang" et d'"Alchimie du verbe" et lui a donné, dans l'édition, un titre plus saisissant : "Nuit de l'enfer". Le cheminement de ces feuillets reste encore mystérieux : parvenus, on ne sait comment, entre les mains de Verlaine, ils furent retrouvés séparément - "Fausse conversion", le premier, en 1897 - à de longues années d'intervalle. Jacques Guérin, leur dernier possesseur privé, affirme les avoir vus, en 1938, à la devanture d'une librairie londonienne, avant de les acheter plus tard au libraire parisien Henri Matarasso.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander