Robert Desnos, recueil de poèmes, "Amour des homonymes"  
Manuscrit autographe, 128 f., 30 x 24 cm
BnF, Manuscrits, N. a. fr. 25096, f. 35 v°-36
Desnos ou "l'homme qui rêve tout haut sans dormir" (André Breton, 1924). Publiée dans la revue Littérature avant d'être reprise dans Corps et biens (1930), cette coulée verbale insistante et tourmentée porte la date du 22 novembre 1922. Le début est habité par l'obsession de formes circulaires se propageant en "grandes ondes invisibles et concentriques" : roues, seins, cible, sphère. Dans la suite du texte, l'attirance pour la féminité - insaisissable - s'associe inextricablement au déploiement de la productivité du langage. Le sujet risque de se perdre dans un monde vertigineux de reflets, d'échos et d'homonymies. D'où le cri de détresse lancé par "l'amant des homonymes". La dédicace manuscrite, accompagnée du dessin d'une pensée, rappelle une comparaison de l'époque entre Eluard et cette fleur. Elle correspond aussi au statut indécis de ces pages, entre automatisme et discursivité : à fleur de pensée.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander