Reliure en maroquin noir avec médaillons citron aux armes de Henri II, à encadrement d’entrelacs peints en rouge
atelier de Fontainebleau
vers 1552.
Dante, La Commedia, Venise, 1477, 345 x 230 mm
BnF, Réserve des livres rares, RES-YD-13
© Bibliothèque nationale de France
L’encadrement entrelacé de la pièce décrite ici est l’un des modèles les plus modestes utilisés à Fontainebleau puisqu’il repose sur l’alternance de figures géométriques aussi simples que cercles, carrés et rectangles, les angles étant ornés de deux arcs de cercle poussés face à face. La couleur rouge choisie pour les rehauts du réseau de rubans, associée aux médaillons citron mosaïqués au centre des plats, donne finalement à cette reliure un aspect très coloré que le maroquin noir ne pouvait a priori laisser espérer.
Le motif d’entrelacs nous permet de montrer à quel point l’atelier des reliures royales s’inscrit dans le mouvement artistique de l’école de Fontainebleau, le ou les créateurs de ces décors puisant à l’évidence leur inspiration dans toutes les œuvres décoratives contemporaines comme par exemple certains pavements exécutés par le céramiste rouennais Masséot d’Abaquesne pour le château d’Ecouen, développant un réseau de rubans de couleur bleue.
Le Dante que nous présentons n’a pas reçu le décor ciselé à l’italienne commun à la plupart des tranches du groupe aux entrelacs peints, mais un décor complètement inédit et resté, d’ailleurs, unique. L’emblématique royale a été poussée en une bande continue, au centre des tranches. Cette ligne héraldique s’inscrit dans un encadrement dessiné par la répétition d’un unique fer déjà rencontré dans l’atelier puisqu’il entre précisément dans la composition de décors simplifiés. (F. L. B.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander