Reliure à la grecque en maroquin brun aux armes de Henri II, à semé héraldique argenté, bordure mosaïquée de maroquin rouge avec héraldique dorée et emblèmes peints dans les angles
Paris, atelier du relieur du roi
vers 1554-1555.
J. Firmicus Maternus, Astronomicon libri VIII, Bâle, 1551, 335 (340) x 220 mm.
BnF, Réserve des livres rares, RES-V-186
© Bibliothèque nationale de France
L’ornementation proprement dite cède ici entièrement la place à l’héraldique royale, présente sur les plats comme sur le dos du volume, mais d'une façon singulière. Dans le semé argenté qui orne le rectangle central, seuls sont poussés en alternance les arcs et les carquois, associés à un nouvel emblème en forme de plume. On a réservé en fait l’usage des autres fers héraldiques (triple croissant et grand H couronné) à la décoration de la large bordure mosaïquée de maroquin rouge encadrant les plats, où ils ont été dorés à intervalles réguliers. Quant aux écoinçons, seule concession au goût orientalisant sur cette pièce, ils rendent également hommage au roi.
Le dos de cette reliure ne manque pas non plus de rappeler l’appartenance royale, avec ses trois pièces de maroquin rouge présentant sur un fond criblé doré un décor d’arabesques complétées de croissants. Entre ces mosaïques, quatre carquois argentés directement sur le maroquin brun dessinent de façon impromptue deux compartiments, encadrant l’un le monogramme H C, l’autre un triple croissant. Les écoinçons des plats, seule concession au goût orientalisant sur cette pièce, rendent également hommage au roi]. Si nous connaissons plusieurs exemples de reliures de dédicace affichant de manière aussi ostentatoire des emblèmes qui entretiennent une certaine ambiguïté avec ceux, analogues, de la maîtresse du roi Diane de Poitiers, ce volume fournit en revanche l’unique cas recensé parmi les reliures "officielles" de la Bibliothèque royale. Sur la vingtaine de reliures que l’on puisse avec certitude considérer comme ayant appartenu à Diane de Poitiers, il arrive en effet souvent que l’on trouve, ainsi tracés au filet avec des rehauts peints, de grands carquois, arcs et flèches, ces emblèmes entrecroisés étant même d’ailleurs, sur certaines de ces reliures, complétés de trophées. (F. L. B.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander