Reliure à la grecque en maroquin rouge aux armes de Henri II sur fond rayé doré, à plein décor de rinceaux argentés rehaussés de noir et rouge
vers 1557-1558.
P. Giovio, Illustrium virorum vitae, Florence, 1551, 355 (365) x 235 mm.
BnF, Réserve des livres rares, Rés. K. 20.
© Bibliothèque nationale de France
Le décor de cette reliure présente un vaste compartiment central à fond pointillé argenté. Le bloc armorié y est inscrit dans un ovale dont le champ a été couvert de fines rayures horizontales dorées. C’est la seule évocation sur cette reliure de la mode orientalisante du moment. Une référence architecturale s’est également glissée sur les plats avec la bordure d’oves cantonnée d’une fleur de lis dans les angles, qui souligne la bande noire encadrant la surface des plats.
Les rinceaux argentés occupent au reste tout l’espace et se déploient sous la forme d’un double candélabre issu, à partir des extrémités haute et basse du compartiment central, d’une fleur très stylisée.
La vigueur du décor repose sur un tracé assez large des dessins et une forte densité des rinceaux en forme de grandes spirales très enroulées, ponctuées de petites feuilles lancéolées et terminées de fleurs dont les pétales ouverts laissent apparaître des étamines figurées par une succession de petits cercles. Le choix d’une mise en couleurs par simples retouches, plus proches d’un lavis que d’une peinture en aplat, à l’encre noire sur les fleurs et à l’encre rouge pour les feuillages, contribue de plus à donner élégance et légèreté à la composition. (F. L. B.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander