Portrait de Tory en artiste
Geoffroy Tory, Champ fleury. Au quel est contenu lart et science de la deue et vraye proportion des lettres attiques, quon dit autrement lettres antiques et vulgairement lettres romaines, proportionnees selon le corps et visage humain
Geoffroy Tory et Gilles de Gourmont, Paris, 1529.
Livre imprimé sur papier. 2o. Reliure en veau marbré, XVIIIe siècle
Provenance : « ex libris sancti Joannis Carnutensis [Chartes ?] 1709 » ; saisie révolutionnaire ?
Paris, BnF, Réserve des livres rares. Rés. V. 516, f. A8v°-1r°
© Bibliothèque nationale de France
Le livre I s’ouvre par le récit à la première personne de la conception de l’ouvrage, le 6 janvier 1524 au matin, quand Tory, encore au lit, « pensant a mille petites fantasies, tant serieuses que ioyeuses » a l’idée de rédiger un traité de typographie en français. Tory se met immédiatement en scène comme auteur. Or la grande lettrine réalisée spécialement pour l’ouvrage, et dans laquelle on a pu voir une sorte de blason, suspend, de part et d’autre de la lettre L, des outils de graveur et de dessinateur : règle, compas et équerre à droite ; plume, livre et étuis à gauche. Tory se présente donc à la fois comme écrivain et comme artiste. Même si l’implication effective de l’humaniste dans la réalisation matérielle des gravures reste difficile à déterminer, c’est bien cette double ambition littéraire et graphique qui explique la beauté de cette sorte de livre d’artiste que constitue le Champ fleury.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu