Le mot "page" dérive en même temps de "pagina", la treille étagée qui porte les raisins de la vigne, de "pagus", le bourg, espace humanisé en bordure des sillons, et de "pango", qui signifie ficher solidement en terre, planter, mettre des bornes.

L'espace de la page est donc sous le triple signe de l'organisation géométrique, de la répétition et de la limite.