La psychanalyse

Nombreux furent les surréalistes qui, comme Queneau, se passionnèrent pour la psychanalyse. En effet, ils voyaient dans la technique psychanalytique, fondée sur la libre association d’idées, et dans les théories de Freud sur l’inconscient et le rêve, des similitudes avec leur démarche d’ " exploration du subconscient " par le langage poétique. André Breton lui-même tenta, alors qu’il était médecin, d’utiliser la technique psychanalytique pour soigner des soldats traumatisés par la guerre.
Queneau, fut lecteur de Sigmund Freud, fit une "auto-analyse" de 1928 à 1932 et suivit une psychanalyse de 1933 à 1939.
  

La découverte de l’inconscient


En 1885, après avoir assisté à l’hôpital de la Salpétrière à Paris, au traitement par l’hypnose de malades hystériques, Sigmund Freud (1856-1939) découvre l’existence, confirmée ensuite par sa pratique thérapeutique, de l’inconscient.

Il postule que la plus grande partie de notre activité psychique non seulement échappe à notre conscience mais détermine nos comportements. En effet, de larges pans de notre vie, principalement de notre enfance, ont été refoulés parce qu’ils ont été jugés inacceptables par notre conscience morale, le " surmoi ", représentant les interdits parentaux et sociaux. C’est ainsi que désirs, fantasmes, obsessions quels qu’ils soient se trouvent enfouis mais ne cessent de resurgir, le plus souvent sous la forme de rêves, de lapsus, d’oublis apparemment anodins mais en réalité très significatifs.

Mais il arrive que la " censure " doivent refouler des événements graves, voire traumatisants. Ceux-ci resurgiront alors sous la forme de comportements pathologiques, tels que l’hystérie soignée par le docteur Charcot à la Salpétrière. La plupart du temps, les symptômes disparaissent dès qu’on en découvre le sens au moyen de l’hypnose, des associations libres (d’idées, d’images, de souvenirs), de l’interprétation des rêves ou d’autres techniques thérapeutiques. Parmi celles-ci figurent, pour Freud, les activités artistiques dans la mesure où elles permettent de détourner les pulsions sexuelles vers des activités acceptables socialement. La " sublimation " jouerait donc le même rôle régulateur que le refoulement.
  

Une discipline nouvelle


Tel fut le point de départ d’une discipline nouvelle, la psychanalyse, dont l’existence ne fut officielle qu’en 1910 avec la fondation de l’Association psychanalytique internationale. Malgré le scandale que firent, à l’époque, certaines théories de Freud – notamment la révélation de la sexualité infantile –, celui-ci poursuivit ses recherches et eut de nombreux disciples.

En France, ses travaux étaient connus des milieux littéraires dès 1914 et connurent un vif succès à la parution, en 1920, de Cinq leçons sur la psychanalyse. La Nouvelle Revue Française, par le dossier qu’elle publia et par les séances hebdomadaires qu’elle organisait et auxquelles participaient de nombreux écrivains – que Roger Martin du Gard appelait ironiquement le " club des refoulés " – contribua largement à diffuser les théories psychanalytiques.

En raison de ses origines juives, Freud fut contraint de quitter Vienne, sa ville natale, en 1938, lors de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne nazie. Il s’installa à Londres où il mourut l’année suivante.