Le livre d'Aucupre

Le Roman de Renart
Texte établi et traduit par Jean Dufournet et Andrée Méline
GF-Flammarion, 1985. Tome 2, p. 465
 
   
Écoutez cette histoire, trouvée dans un livre d'Aucupre. Vous devez me croire parce que les livres disent la vérité (1-18).
Lorsque Dieu eut chassé Adam et Ève du paradis terrestre, il leur remit une baguette magique. Il leur suffisait d'en frapper la mer pour qu'apparaisse aussitôt un animal. Adam fit sortir de la sorte toutes les bêtes utiles à l'homme, tandis qu'Ève peuplait la terre d'animaux cruels et sauvages (19-76).
C'est ainsi que naquit Renart qui incarne la tromperie tout comme Isengrin incarne le vol. Quant à leurs épouses, Hersant et Richeut, elles n'ont rien à leur envier en matière de vice. Renart, le neveu, et Isengrin, l'oncle, s'entendaient comme larrons en foire.
L'exemple de Renart est plein d'enseignements pour qui veut méditer sur l'engrenage des vices. Il nous montre comment la traîtrise engendre la cruauté, comment la cruauté engendre l'envie et l'envie l'avarice (77-178).
Si mon histoire vous étonne, rappelez-vous celle de l'ânesse de Balaam. Si Dieu est capable de faire parler un âne, pourquoi les autres animaux ne parleraient-ils pas (179-212) ?