Fables de Marie de France
Le Corbeau et le Renard
Recueil de pièces versifiées en ancien français comprenant les Fables de Marie de France
Manuscrit copié à Paris en 1285-1292, enluminé par le Maître de Jean de Papeleu
BnF, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms. 3142 fol. 256
A la fin du XIIe siècle, Marie de France donne ses lettres de noblesse à la fable française. Elle écrit en français pour être comprise des enfants et des laïcs. Reprenant un modèle anglo-latin, elle place ses fables dans une nature pittoresque, dote les animaux d'une psychologie quasi humaine et fait de la moralité une sorte de critique de la société de cour contemporaine : le loup du "Loup et l'Agneau" y est semblable à ces puissants, à ces juges qui font un mauvais procès aux pauvres ; le corbeau du "Corbeau et le Renard" est comme ces orgueilleux qui dépensent follement leur bien. Voici comment débute cette dernière fable chez Marie de France :
Un corbeau passe devant la fenêtre d'un cellier, où il aperçoit des fromages. Il en prend un ; survient un renard....
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander