Qui est Villard de Honnecourt ?

détail du folio 18

détail du folio 35

détail du folio 14

La figure de Villard de Honnecourt demeure mystérieuse. Seul son manuscrit livre quelques indices qui permettent de le situer. Son nom indique son lieu d'origine, ou peut-être le monastère dont il faisait partie : Honnecourt, petite ville de Picardie, au bord de l'Escaut près de Cambrai, non loin de Saint-Quentin et Amiens, et formée autour d'une abbaye bénédictine.
Villard est né picard. Au XIIIe siècle, la Picardie est dans une situation privilégiée, au cœur de l'Europe, à un carrefour d'échanges économiques importants, et se trouve au centre des foyers intellectuels. On pense que Villard a pu résider et étudier à Honnecourt, mais il a probablement aussi travaillé à l'abbaye cistercienne de Vaucelles.
Ses représentations des cathédrales de Laon et de Reims, ses plans des églises de Cambrai, de Vaucelles et de Meaux permettent de situer l'activité de Villard pendant le premier tiers du XIIIe siècle, au moment de l'apogée du gothique.
"Je suis allé dans de nombreux pays […] en aucun lieu je ne vis une tour telle que Laon."
Sans pouvoir établir de chronologie claire et juste, nous pouvons imaginer les pérégrinations avérées, probables ou éventuelles de Villard de Honnecourt, sans qu'il soit non plus possible de préciser s'il s'agissait de participations à des chantiers ou de déplacements pour étudier des édifices réputés, voire ce qu'on appellerait du tourisme culturel. Il est probable qu'il soit allé à Meaux mais rien ne prouve qu'il ait été à Chartres. Sur son chemin vers la Hongrie, comme il le précise, il passe par Reims, ce qui l'aurait conduit à faire étape dans quelques monastères cisterciens et à visiter quelques églises telles que Clairvaux, Cîteaux ou Morimond, et expliquerait son intérêt pour le plan type d'église cistercienne conforme à la simplicité d'origine. François Bucher, médiéviste américain, a tenté de retrouver les traces de Villard en Bavière ou en Hongrie.
 


folio 9
Un homme aux multiples facettes
Villard est-il dessinateur, concepteur de plans, ingénieur, constructeur, architecte, maître d'œuvre, géomètre, inventeur, voyageur, observateur de chantiers et d'édifices, chef de chantier, clerc, intellectuel ou savant ?
La réponse est complexe. Mais il ne fait aucun doute qu'il est un artiste habile. Roland Bechmann, historien et architecte, éclaire tous les aspects d'un savoir-faire multiforme.

Villard écrit en picard
Dans le manuscrit de Villard, l'écrit accompagne le croquis et le présente, même si de nombreux dessins n'ont pas de commentaire.
À cette époque, la plupart des documents officiels, des actes publics, des écrits "scientifiques" ou littéraires étaient encore écrits en latin. Une évolution s'amorce toutefois, notamment en Champagne et en Picardie, où, de plus en plus, la langue vulgaire est employée dans ces documents.
Ainsi Villard, dans son manuscrit, emploie-t-il la langue vulgaire de sa région, le picard, une variante du français d' Île-de-France.


détail du folio 9