L’homme des eaux
Un calamar aux dimensions colossales
Frontispice
La bibliothèque du Nautilus
Un cimetière sous-marin
Vingt mille lieues sous les mers
Jules Verne (1828-1905), auteur ; Alphonse de Neuville (1835 -1885), illustrateur ; Édouard Riou (1833 – 1900), illustrateur ; Henri-Théophile Hildibrand (1824-1897), graveur ; Jules Hetzel, éditeur, Paris, 1871.
Ville de Paris / Fonds Heure joyeuse, 2013-417499
©Ville de Paris / Fonds Heure joyeuse
Dans Vingt mille lieues sous les mers, Pierre Aronnax, scientifique français du muséum d'Histoire naturelle, accompagné de Conseil, son domestique, ainsi que du harponneur canadien immense et colérique, Ned Land, sont capturés par le capitaine Nemo qui navigue dans les océans du globe à bord de son sous-marin, le Nautilus.

« Enfin, après deux heures de marche, nous avions atteint une profondeur de trois cents mètres environ, c'est-à-dire la limite extrême sur laquelle le corail commence à se former. Mais là, ce n'était plus le buisson isolé, ni le modeste taillis de basse futaie. C'était la forêt immense, les grandes végétations minérales, les énormes arbres pétrifiés, réunis par des guirlandes d'élégantes plumarias, ces lianes de la mer, toutes parées de nuances et de reflets. Nous passions librement sous leur haute ramure perdue dans l'ombre des flots, tandis qu'à nos pieds, les tubipores, les méandrines, les astrées, les fongies, les cariophylles, formaient un tapis de fleurs, semé de gemmes éblouissantes. […] Au milieu de la clairière, sur un piédestal de rocs grossièrement entassés, se dressait une croix de corail, qui étendait ses longs bras qu'on eut dit faits d'un sang pétrifié. Sur un signe du capitaine Nemo, un de ses hommes s'avança, et à quelques pieds de la croix, il commença à creuser un trou avec une pioche qu'il détacha de sa ceinture.
Je compris tout ! Cette clairière c'était un cimetière, ce trou, une tombe, cet objet oblong, le corps de l'homme mort dans la nuit ! Le capitaine Nemo et les siens venaient enterrer leur compagnon dans cette demeure commune, au fond de cet inaccessible Océan ! »
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu