La rencontre avec Madame de Warens
Le laquais érudit
Le ruban volé
Rousseau et son maître ou le vol de la pomme
Jean Jacques Rousseau et Madame de Warens aux Charmettes
Le charivari
L'expérience de l'injustice
Les Confessions, Tome 1
Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), auteur ; Maurice Leloir (1853-1940), illustrateur, Paris, Ed. Tallandier, 1922.
BnF, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LN27-17967 (AX, 2)
© Bibliothèque nationale de France
Dans les Confessions rousseau décortique ses émotions et les effets ressentis des années plus tard. Ainsi dans cet épisode où il est accusé d'avoir abîmé un peigne :
« On ne put m'arracher l'aveu qu'on exigeait. Repris à plusieurs fois et mis dans l'état le plus affreux, je fus inébranlable. J'aurais souffert la mort, et j'y étais résolu. Il fallut que la force même cédât au diabolique entêtement d'un enfant ; car on n'appela pas autrement ma constance. Enfin je sortis de cette cruelle épreuve en pièces, mais triomphant.
Il y a maintenant près de cinquante ans de cette aventure, et je n'ai pas peur d'être puni derechef pour le même fait ; hé bien ! je déclare à la face du ciel que j'en étais innocent, que je n'avais ni cassé ni touché le peigne, que je n'avais pas approché de la plaque, et que je n'y avais pas même songé. Qu'on ne me demande pas comment le dégât se fit, je l'ignore et ne le puis comprendre ; ce que je sais très certainement, c'est que j'en étais innocent.
Qu'on se figure un caractère timide et docile dans la vie ordinaire, mais ardent, fier, indomptable dans les passions ; un enfant toujours gouverné par la voix de la raison, toujours traité avec douceur, équité, complaisance, qui n'avait pas même l'idée de l'injustice, et qui pour la première fois en éprouve une si terrible de la part précisément des gens qu'il chérit et qu'il respecte le plus : quel renversement d'idées ! quel désordre de sentiments ! quel bouleversement dans son cœur, dans sa cervelle, dans tout son petit être intelligent et moral ! Je dis qu'on s'imagine tout cela, s'il est possible ; car pour moi je ne me sens pas capable de démêler, de suivre la moindre trace de ce qui se passait alors en moi [ …]
Là fut le terme de la sérénité de ma vie enfantine. Dès ce moment je cessai de jouir d'un bonheur pur, et je sens aujourd'hui même que le souvenir des charmes de mon enfance s'arrête là. »
(Les Confessions, Livre I)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu