Acte I, scène 9
Acte III, scène 15
Acte V, scène 19
Acte IV, scène 9
Acte II, scène 17
La folle journée, ou Le mariage de Figaro, édition originale
Pierre Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799), auteur ; Ruault, éditeur, Paris, 1785.
BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, RESERVE8-BL-14243
© Bibliothèque nationale de France
Pour rendre la pareille à son époux qui convoite sa camériste Suzanne, la Comtesse suit les plans facétieux de Figaro, lui-même amoureux de Suzanne. Figaro fait tomber entre les mains du Comte un faux billet galant adressé à la Comtesse puis amène Chérubin dans les appartements de la Comtesse pour qu’il se déguise en femme et prenne la place de Suzanne lors de son rendez-vous avec le Comte. Sur ces entrefaites, le Comte frappe à la porte, Chérubin se cache dans le cabinet de la Comtesse qui fait barrage face à son mari. Quand il obtient de l’ouvrir, c’est Suzanne et non Chérubin qui en sort en riant : « Je le tuerai, je le tuerai ! Tuez-le donc, ce méchant page. » (II, 17)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu