Les Chants de Maldoror
Les Chants de Maldoror
Chapeau-filles ou le rêve
Les Chants de Maldoror : chant IV
L'Araignée
Les Chants de Maldoror
Chants I, II, III, IV, V, VI
Lautréamont (1846-1870), auteur, Paris, 1869.
Petit in-8° (19 cm), 333 p.
BnF, Réserve des livres rares, RES P-YE-1811
© Bibliothèque nationale de France
Œuvre inclassable, Les Chants de Maldoror déploient une épopée du mal, espèce de traversée hallucinatoire d’images et de métaphores, au rythme effréné. Créatures surnaturelles, métamorphoses et actes blasphématoires défilent sous les yeux de Maldoror, jeune homme tourmenté, capable des pires actes (l’assassinat, le viol…). Les scènes sont décrites sans aucune complaisance, pourtant l’ouvrage n’est pas exempt d’humour, la satire est souvent mordante voire blasphématoire. L’œuvre s’ouvre sur ces mots :

« Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu'il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison ; car, à moins qu'il n'apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension d'esprit égale au moins a sa défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont son âme comme l’eau le sucre. Il n’est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre ; quelques-uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger. »

Lautréamont, Les Chants de Maldoror, chant I, 1869.
>Texte intégral dans Gallica : Paris, 1869
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu