Figaro
Chérubin déguisé en Suzanne
Brid’oison
Suzanne
Fanchette
Antonio, le jardinier
Le Mariage de Figaro, acte II, scène 21
Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799), auteur ; Émile Bayard (1837-1891), dessinateur ; Laplace, Sanchez et Cie, éditeurs, Paris, 1876.
BnF, département Littérature et art, Z-5170
© Bibliothèque nationale de France
Antonio, jardinier du château du Comte, est l’oncle de Suzanne et le père de Fanchette. Franc et quelque peu simple d’esprit, ses répliques relèvent d’un comique grossier, il dit ainsi au Comte « (Se touchant le front.) Si vous n'avez pas assez de ça pour garder un bon domestique, je ne suis pas assez bête, moi, pour renvoyer un si bon maître. » Il met en péril involontairement les plans de la Comtesse, Suzanne et Figaro. En accusant le page d’avoir sauté dans ses plates-bandes de giroflées, il réveille la jalousie du Comte et oblige Figaro à inventer un nouveau mensonge — « Voilà bien du train pour un pot de fleurs ! combien te faut-il, pleurard, avec ta giroflée ? Il est inutile de chercher, Monseigneur, c'est moi qui ai sauté. » — qui en entraîne d’autres, redoublant le comique de la scène à chaque réplique.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu