Esmeralda
« Paris à vol d’oiseau »
« Mariage de Quasimodo »
Esméralda en la tour de Quasimodo
Quasimodo en sa tour
La Cour des Miracles, le roi
Notre-Dame de Paris
Victor Hugo (1802-1885), auteur ; J. Hetzel et A. Lacroix, éditeurs, Paris, 1865.
Gr. in-8° , 272 p., fig., planche
Marseille, Bibliothèques de Marseille, 2016-178755, VilledePa1
© Bibliothèque nationale de France
Errant dans les rues après avoir été renversé par un coup de poing de Quasimodo, Gringoire se retrouve bien malgré lui dans la Cour des Miracles.

« Le pauvre poète jeta les yeux autour de lui. Il était en effet dans cette redoutable Cour des Miracles, où jamais honnête homme n’avait pénétré à pareille heure ; cercle magique où les officiers du Châtelet et les sergents de la prévôté qui s’y aventuraient disparaissaient en miettes ; cité des voleurs, hideuse verrue à la face de Paris ; égout d’où s’échappait chaque matin, et où revenait croupir chaque nuit ce ruisseau de vices, de mendicité et de vagabondage toujours débordé dans les rues des capitales ; ruche monstrueuse où rentraient le soir avec leur butin tous les frelons de l’ordre social ; hôpital menteur où le bohémien, le moine défroqué, l’écolier perdu, les vauriens de toutes les nations, espagnols, italiens, allemands, de toutes les religions, juifs, chrétiens, mahométans, idolâtres, couverts de plaies fardées, mendiant le jour, se transfiguraient la nuit en brigands ; immense vestiaire, en un mot, où s’habillaient et se déshabillaient à cette époque tous les acteurs de cette comédie éternelle que le vol, la prostitution et le meurtre jouent sur le pavé de Paris. »

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, « La cruche cassée », II, 6.
>Texte intégral dans Gallica.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu