Candide surpris avec Cunégonde, scène du paravent
Candide retrouve Cunégonde à Lisbonne
Candide tue l'Israélite chez Cunégonde à Lisbonne
Candide retrouve Cunégonde en Turquie
Bataille de Minden
La vieille capturée par les pirates
Jeunes filles poursuivies par des singes
Candide surpris avec Cunégonde; scène du paravent
Candide malade à Paris
Candide sur le champ de bataille, contre les Bulgares
Candide, ou l'Optimisme, dans Œuvres complètes de Voltaire. chap 3 fol 127
Jean-Michel Moreau dit Moreau le Jeune (1741-1814), et A. De Saint-Aubin, dessinateurs ; Voltaire (1694-1778), auteur, 1803.
Dessin exécuté à la plume et lavé à la sépia, 2 vol. in-8°, cuir de Russie, fil., dos ornés, tr. dor. (Niedrée.)
BnF, département des Manuscrits, Rothschild 230
© Bibliothèque nationale de France
« Enfin, tandis que les deux rois faisaient chanter des Te Deum chacun dans son camp, Candide prit le parti d’aller raisonner ailleurs des effets et des causes. Il passa par-dessus des tas de morts et de mourants, et gagna d’abord un village voisin ; il était en cendres : c’était un village abare que les Bulgares avaient brûlé, selon les lois du droit public. Ici des vieillards criblés de coups regardaient mourir leurs femmes égorgées, qui tenaient leurs enfants à leurs mamelles sanglantes ; là des filles éventrées après avoir assouvi les besoins naturels de quelques héros rendaient les derniers soupirs ; d’autres, à demi brûlées, criaient qu'on achevât de leur donner la mort. Des cervelles étaient répandues sur la terre à côté de bras et de jambes coupés. »
(Candide, chap. 3)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu