Candide surpris avec Cunégonde, scène du paravent
Candide sur le champ de bataille, contre les Bulgares
Candide tue l'Israélite chez Cunégonde à Lisbonne
Candide retrouve Cunégonde en Turquie
La vieille capturée par les pirates
Jeunes filles poursuivies par des singes
Défaite de Contades par Ferdinand de Brunswick à Minden
Candide surpris avec Cunégonde; scène du paravent
Candide malade à Paris
Candide retrouve Cunégonde à Lisbonne
Candide, ou l'Optimisme, dans Œuvres complètes de Voltaire. chap 7 fol 142
Jean-Michel Moreau dit Moreau le Jeune (1741-1814), et A. De Saint-Aubin, dessinateurs ; Voltaire (1694-1778), auteur, 1803.
Dessin exécuté à la plume et lavé à la sépia, 2 vol. in-8°, cuir de Russie, fil., dos ornés, tr. dor. (Niedrée.)
BnF, département des Manuscrits, Rothschild 230
© Bibliothèque nationale de France
« La vieille reparut bientôt ; elle soutenait avec peine une femme tremblante, d'une taille majestueuse, brillante de pierreries et couverte d'un voile. "Ôtez ce voile, dit la vieille à Candide. "Le jeune homme approche ; il lève le voile d'une main timide. Quel moment ! quelle surprise ! il croit voir Melle Cunégonde ; il la voyait en effet, c'était elle-même. La force lui manque, il ne peut proférer une parole, il tombe à ses pieds. Cunégonde tombe sur le canapé. La vieille les accable d'eaux spiritueuses ; ils reprennent leurs sens, ils se parlent : ce sont d'abord des mots entrecoupés, des demandes et des réponses qui se croisent, des soupirs, des larmes, des cris. La vieille leur recommande de faire moins de bruit, et les laisse en liberté. »
(Candide, chap. 7)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu